Alerte: Me Alioune Badara Ndiaye: «Si un voleur est battu à mort, les auteurs seront jugés comme des meurtriers»

Agir parallèlement aux forces de l’ordre, ou tout au plus se substituer aux préposés de la sécurité des personnes et des biens, pour freiner le diktat des agresseurs, voleurs et autres agresseurs. C’est la nouvelle donne que les populations dakaroises semblent avoir érigée en règle, depuis la soudaine recrudescence des agressions souvent soldées par mort d’homme.

Avocat à la Cour, Me Alioune Badara Cissé a apporté quelques précisions sur l’instauration du lynchage par les populations pour freiner le diktat des délinquants.

Pour la robe noire, « lorsqu’un voleur est arrêté par la clameur publique. Il ne doit pas être brutalisé. Les gens doivent le conduire à la police. Mais, s’il est lynché à mort, les auteurs gardent la responsabilité pénale. C’est interdit par la loi. S’il y a mort d’homme dans ce cas d’espèces, ceux qui ont été identifiés seront jugés comme des meurtriers. C’est un acte criminel».

Share:

Author: Augustin Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *