Exploitation du pétrole et du gaz : « Ce défi doit nous rassembler afin de bâtir une économie diversifiée » (Macky Sall)


Le chef de l’Etat Macky Sall a présidé ce mardi, le Conseil présidentiel sur le projet de loi relatif à la répartition des recettes issues de l’exploitation des produits pétroliers et gazier, au Centre International de Conférence Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio.

Plusieurs participants dont la société civile, l’opposition, le secteur privé, le conseil national de la jeunesse, les organisations féminines, ont pris part à cette rencontre devant déboucher sur l’adoption d’un projet de loi relatif à la répartition et à l’encadrement de la gestion des recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures.
Le Président Macky Sall a rappelé, d’emblée, que c’est le décret 2016-1542 du 03 octobre 2016 qui a créé le Cos-petrogaz, et en a fait un organe de pilotage stratégique chargé de conseiller le président de la République et le gouvernement dans la définition et la mise en œuvre des politiques de développement dans le secteur pétrolier et gazier.
« Alors que nous nous préparons à l’exploitation de ces ressources, des tensions voire des conflits pour certains pays peuvent marquer cette phase importante dans la vie d’une nation. J’ai voulu par cette innovation, que le Sénégal à travers les ressources qui seront générées puissent avoir de la prospérité pour les générations actuelles et les générations futures », a déclaré le président Macky Sall.
« C’est le sens de ce cadre Cos-petrogaz élargi. Et c’est aussi le sens de l’adhésion du Sénégal à l’ITIE (Initiative pour la Transparence des Industries Extractives), le Sénégal a adhéré en 2013, à cette ITIE », a-t-il précisé.
Macky Sall d’insister : « Ce défi majeur doit nous rassembler autour de l’exploitation de nos ressources gazières et pétrolières afin de bâtir une économie diversifiée ». (Avec Pressafrik)

– Surpeuplement dans les prisons : Le Colonel Jean-Bertrand Bocandé annonce la construction de 09 établissements pénitentiaires sur une durée de trois ans
. Le Directeur de l’Administration Pénitentiaire, le Colonel Jean-Bertrand Bocandé, a annoncé la construction de neufs (09) établissements pénitentiaires sur une durée de trois ans. Ceci constitue un programme d’infrastructures du ministère de la Justice pour régler le problème du surpeuplement qui annule toutes les actions prises pour améliorer la détention au niveau des établissements pénitentiaires.
Une annonce faite, lors de l’atelier de formation du personnel de l’administration pénitentiaire au cadre juridique et de protection des droits des détenus.
Le Colonel estime que cet atelier rentre dans le cadre de la formation continue des agents qui est considérée comme un rappel, à savoir l’amélioration des conditions de vie, la prise en charge alimentaire qui connaît une hausse ainsi que la prise en charge sanitaire des détenus.

– Hydrocarbures : « Le Gouvernement a juste présenté sa vision des revenus dans un flou réel sur la chaîne de valeur des investissements », (Birahim Seck)
. Une concertation réelle (Disso dëgg) sur les revenus des hydrocarbures devait être précédée par le partage du projet de texte pour recueillir les avis sur les sources de revenus (fiscaux : impôts et taxes et, non fiscaux : bonus, dividendes, redevances, primes etc.), sur la destination des fonds et sur la clé de répartition : caractéristiques d’une vraie démarche participative et inclusive.
A l’instar de la rencontre de 2018, le Gouvernement a juste présenté sa vision des revenus dans un flou réel sur la chaîne de valeur des investissements.
Déjà en 2019, l’Etat a consenti des dépenses fiscales de l’ordre de 38 milliards FCFA en admission temporaire, matériaux, fournitures, machines, équipements et véhicules destinés directement aux opérations, en suspension totale des droits et taxes à l’importation et à l’exportation, de la phase de recherche à 3 ans ou 7 ans ou jusqu’à 15 ans après le début de l’exploitation, sans compter les 19 milliards de perte de TVA sur les effets personnels importés pour le personnel expatrié employé durant les 6 mois suivant son établissement au Sénégal (pendant la phase de recherche). Un minimum de 57 milliards de FCFA de perte fiscale dans le secteur des hydrocarbures. Qu’en est-il de 2020 et de 2021 ?
Nous espérons que des 700 milliards prévisionnels du Gouvernement sont déduites les pertes fiscales générées par les dépenses fiscales, les Conventions fiscales et les Traités Bilatéraux d’Investissement (TBI) sans compter aussi la non maîtrise des coûts pétroliers (Cost-Oil) par ceux qui pensent connaitre le secteur des hydrocarbures. (Avec Pressafrik)

– Macky : “Les revenus sur l’exploitation des hydrocarbures ne serviront pas à augmenter des salaires”
. Le chef de l’Etat, Macky Sall, se veut clair : les revenus qui seront tirés de l’exploitation prochaine du pétrole et du gaz ne vont pas servir à augmenter les salaires.
Dans son discours lors du Conseil présidentiel élargi sur le projet de loi relatif à la répartition et à l’encadrement de la gestion des recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures qui se tient à Cicad, ce 21 décembre 2021, il a averti les syndicalistes.
“Ce n’est pas parce que l’on va commencer l’exploitation du pétrole et du gaz que chacun va demander le dédoublement de son salaire. Des syndicats vont poser des préavis. Mais ce n’est pas du tout ce qui est prévu. Il faut bien le comprendre”, a notamment précisé le président de la République.
Macky Sall ajoute que “ces ressources, d’abord, ne nous appartiennent pas seuls, mais l’impact que l’on en tirera va améliorer le profil économique du pays, mais ça ne sera pas certainement pas pour aller acheter des équipes de football ailleurs ou pour distribuer de l’argent comme ça et augmenter des revenus des travailleurs. Il faudrait bien mettre ça dans la tête des gens”.
Aussi, a-t-il rassuré, ces fonds n’appartiennent pas uniquement à la présente génération, mais à la future, aussi. Mais, d’après Macky Sall, “il ne s’agira pas de leur réserver des montants qui vont dormir dans des caisses. Des investissements et réalisations, qui vont transcender des générations, sont prévus”.

Share:

Author: Augustin Diop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *