ActualitéInternationale

Santé d’Ali Bongo: le pouvoir rassure, l’opposition sceptique

La délégation envoyée à Rabat au Maroc, où le président du Gabon poursuit sa convalescence, est rentrée mardi soir à Libreville. Le message officiel est clair : le président « va mieux ».

A leur descente d’avion, les membres de la délégation étaient hyper décontractés. Le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ndonget, décrit l’état physique d’Ali Bongo Ondimba tel qu’il l’a constaté : « Le chef d’Etat est conscient, il reconnaît ses interlocuteurs, il voit bien, il parle bien. Sa modulation de temps est bonne. Nous avons été rassurés et apaisés en sortant de cette audience. »

Chef de la délégation, le vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou utilise une métaphore biblique pour parler de l’état de santé d’Ali Bongo. Il exclut une vacance, même temporaire, du pouvoir : « Allez par monts et par vaux, proclamer la bonne nouvelle et dites aux populations que le président se porte bien. Nous l’avons vu, nous l’avons touché et nous constatons que ce n’est pas l’occasion de parler de la vacance. Il est malade, tout le monde peut être malade. »

La vidéo de la rencontre du jour à Rabat présente une fois de plus Ali Bongo assis filmé de profil.

Mais cela ne suffit pas à rassurer l’opposition et une partie de la société civile.

Après avoir visionné et analysé ces images, l’activiste Marc Ona Essangui prend acte de ces preuves de vie du président. Il se pose par contre des questions : « Est-ce qu’Ali Bongo, après avoir subi l’attaque, est encore capable de régner au sommet de l’Etat ? »

La Coalition pour la nouvelle République dirigée par Jean Ping n’a pas souhaité réagir à chaud. Ce mercredi, elle animera une conférence de presse sur l’absence prolongée d’Ali Bongo.

De son côté, le président de l’Alliance pour la renaissance nationale, Richard Moulomba Mombo, souhaite que le chef de l’Etat s’adresse personnellement aux Gabonais : « On ne comprend pas qu’en retrouvant ces forces, en recevant le roi du Maroc et même des délégations gabonaises, y compris en séance de travail, il ne soit pas capable d’adresser un message qui rassure les Gabonais. »

Après 40 jours d’hospitalisation, Ali Bongo est-il encore capable de diriger le Gabon ? Nous jetons notre langue au chat… Avec Rfi

 

 

Mots-clés
Afficher plus

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close